Afin de mieux faire connaitre notre technologie, nous proposons une série de 5 questions sur le risque de cancer du sein, qui illustre les possibilités de notre logiciel expert.

Question N° 1

Cliquez sur la question pour obtenir la réponse.

Quelle est la tranche d’âge ayant le risque de cancer du sein le plus élevé ? 50-54 ans, 55-59 ans, 60-64 ans, 65-69 ans ?

Réponse

Pour une femme issue de la population générale, la tranche d’âge ayant le risque de cancer du sein la plus élevée est 65-69 ans avec un risque à 5 ans de 1,9%. En comparaison, pour la tranche 50-54 ans le risque est de 1,1%.

Plus d’informations :

  • Afin d’illustrer la réponse ci-dessus, voici une capture d’écran de l’interface de notre solution MammoRisk. Vous pouvez facilement visualiser le risque de la patiente sur une courbe, mais aussi modifier les différents facteurs de risques.
  • Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger le WHITE PAPER de MammoRisk.

Questions-MammoRisk-web

Question N° 2

Cliquez sur la question pour obtenir la réponse.

Quelle est la différence de risque de cancer du sein entre 2 femmes de 50 ans, l’une ayant une densité mammaire « A », l’autre « D » ? Le risque est-il multiplié par 2, 3 ou 4 ?

Réponse

Dans le cas de 2 femmes de 50 ans, l’une ayant une densité mammaire « A », l’autre « D », le risque de cancer du sein à 5 ans est multiplié par 4, il passe de 0,4% à 1.7% (les femmes n’ont pas d’antécédents familiaux de cancer du sein ni d’antécédent personnel de biopsie)

Interface MammoRisk

Sur ces captures d’écrans de l’interface MammoRisk, vous pouvez visualiser la différence de risque ce cancer du sein pour une patiente de 50 ans, n’ayant pas d’antécédents familiaux de cancer du sein ni d’antécédent personnel de biopsie. 1er écran avec une densité mammaire « A » ; 2ème écran avec une densité mammaire « D ». Risque de cancer du sein en fonction de la densité mammaire   Risque de cancer du sein en fonction de la densité mammaire Vous pouvez facilement visualiser le risque de la patiente sur une courbe, mais aussi modifier les différents facteurs de risques.

Plus d’informations :

Les femmes avec une densité mammaire importante sont à risque plus élevé de cancer du sein :

  • les femmes avec la densité la plus élevée ont 4 à 6 fois plus de risque de cancer du sein que les femmes dont les seins sont presque entièrement constitués de tissu adipeux.

La densité mammaire diminue avec l’âge, mais certains facteurs de risque de cancer du sein sont aussi associés à la densité mammaire :

  • la densité mammaire est plus élevée chez les femmes n’ayant pas d’enfants, une première grossesse tardive, une consommation d’alcool élevée, ou un indice de masse corporelle (en post-ménopause) important.
  • Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger le WHITE PAPER de MammoRisk.

Risque de cancer du sein en fonction de la densité mammaire

Question N° 3

Cliquez sur la question pour obtenir la réponse.

Quel impact peut avoir un antécédent de biopsie mammaire sur le risque de cancer du sein ? Pas d’impact, doublement du risque, quadruplement du risque ?

Réponse

Dans la population générale, une femme qui a eu un antécédent de biopsie mammaire avec lésions prolifératives sans atypie a 2 fois plus de risques de développer un cancer du sein que si elle n’a pas eu de biopsies ou bien une biopsie avec un résultat bénin sans lésion proliférative. Dans certains cas ce risque peut-être encore plus important…

Interface MammoRisk

Sur ces captures d’écrans de l’interface MammoRisk, vous pouvez visualiser la différence de risque ce cancer du sein pour une patiente de 50 ans, avec et sans antécédents de biopsie mammaire.

Risque de cancer du sein en fonction de la biopsie mammaire

Vous pouvez facilement visualiser le risque de la patiente sur une courbe, mais aussi modifier les différents facteurs de risques.

Plus d’informations :

  • Les lésions bénignes non prolifératives n’augmentent pas ou très peu le risque de cancer du sein ultérieur. Les kystes, par exemple, sont fréquents mais ne sont généralement pas accompagnés de foyers prolifératifs ; ils ne sont alors pas associés à un risque accru de cancer du sein.
  • Les maladies bénignes du sein prolifératives sans atypie, les papillomes, les adénoses sclérosantes, et peut-être les fibroadénomes, sont associés à un risque relatif de cancer du sein de l’ordre de 1,5 ou 2.
  • Les lésions prolifératives atypiques, quant à elles, multiplient le risque de cancer du sein par 4 environ.
  • Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger le WHITE PAPER de MammoRisk.

Risque de cancer du sein en fonction de la biopsie mammaire

Question N° 4

Cliquez sur la question pour obtenir la réponse.

Quel pourcentage de femmes atteintes d’un de cancer du sein avaient des antécédents familiaux de cancers du sein (c’est à dire 1 ou plusieurs cas de cancer du sein dans la même famille) : 10 à 20%, 20 à 30%, 30 à 40% ?

Réponse

Près de 20 à 30 % des cancers du sein se manifestent chez des femmes ayant des antécédents familiaux de cancers du sein, c’est à dire 1 ou plusieurs cas de cancer du sein dans la même famille.

Interface MammoRisk

Sur ces captures d’écrans de l’interface MammoRisk, vous pouvez visualiser la différence de risque ce cancer du sein pour une patiente de 50 ans, avec et sans antécédents familiaux.

Risque de cancer du sein en fonction des antécédents familiaux

Vous pouvez facilement visualiser le risque de la patiente sur une courbe, mais aussi modifier les différents facteurs de risques.

Plus d’informations :

  • La présence d’antécédents familiaux de cancer du sein est un des facteurs majeurs de risque de cancer du sein, d’autant plus si le cancer du sein a été diagnostiqué à un âge jeune chez des membres de la famille.
  • Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger le WHITE PAPER de MammoRisk.

Risque de cancer du sein en fonction des antécédents familiaux

 

Question N° 5

Cliquez sur la question pour obtenir la réponse.

Quelle est la DIMINUTION du risque de cancer du sein liée à une activité physique/sportive ? 10%, 20% ou 40% ?

Réponse

Les 3 réponses sont correctes car la diminution du risque dépend du nombre d’heures d’activité physique soutenue par semaine :

  • 11% pour moins d’une heure,
  • 18% pour 3-4 heures et
  • 38% pour plus de 5 heures par semaine.

Plus d’informations :

L’activité physique est associée à une diminution de risque de cancer du sein, et la réduction est d’autant plus importante lorsqu’il s’agit d’une activité de loisir plutôt que ménagère, et encore plus importante lorsqu’il s’agit d’une activité pratiquée de manière intensive.

Le bénéfice de l’activité physique est plus prononcée chez des personnes déjà à risque par ailleurs (femmes ménopausées en surpoids, ou avec des antécédents familiaux etc…).

risque-cancer-sein-sport

Tehard B et al. Effect of physical activity on women at increased risk of breast cancer: results from the E3N cohort study.Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2006

Les autres risques de cancer du sein « moins importants »

Âge des premières règles

Plus l’âge aux premières règles est précoce, plus le risque de cancer du sein augmente. Cependant, ce facteur de risque reste peu important. Ainsi, les femmes réglées avant 12 ans ont un risque de cancer du sein 1,1 ou 1,2 fois plus élevé que celles réglées après 14 ans.

risque-cancer-sein-regles

Clavel-Chapelon F et al. Differential effects of reproductive factors on the risk of pre- and postmenopausal breast cancer. Results from a large cohort of French women. Br J Cancer. 2002

Contraception orale

La prise de contraceptifs oraux est associée à une légère augmentation du risque de cancer du sein (de l’ordre de 20 %), limitée cependant à la période d’utilisation et à la dizaine d’années qui suivent.

En effet, après l’arrêt, le sur-risque diminue progressivement jusqu’à disparaître au bout de 10 années.

Ni la durée d’utilisation de la pilule, ni le type d’hormones (oestrogènes ou progestatifs) ne semblent moduler le risque de cancer du sein. En revanche, les femmes ayant commencé l’utilisation tôt (avant 20 ans) semblent avoir un risque de cancer du sein plus important.

 risque-cancer-sein-contraception-orale
 
Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. Breast cancer and hormonal contraceptives: collaborative reanalysis of individual data on 53,297 women with breast cancer and 100,239 women without breast cancer from 54 epidemiological studies. The Lancet 1996

Âge 1er enfant

Plus la 1ère grossesse menée à̀ terme a lieu tôt, plus le risque de cancer du sein est diminué. En revanche, une femme ayant eu une première grossesse tardive (au-delà de 30 ans) a un risque de cancer du sein plus important qu’une femme n’ayant jamais eu d’enfant.

Par rapport à une femme ayant eu sa première grossesse menée à terme à 20 ans, une femme l’ayant eue après 35 ans a un risque de cancer du sein multiplié par 1,5.

risque-cancer-sein-age-premier-enfant
Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. Breast cancer and breastfeeding: collaborative reanalysis of individual data from 47 epidemiological studies in 30 countries, including 50,302 women with breast cancer and 96,973 women without the disease. The Lancet 2002

Nombre d’enfants

Les grossesses menées à terme influencent le risque de cancer du sein de façon duale : le risque est augmenté de façon transitoire (pendant 5 à 10 ans) après une grossesse, pour diminuer à distance de celle-ci avec un effet protecteur à long terme.

La diminution de risque est de l’ordre de 7% par grossesse supplémentaire menée à terme.

risque-cancer-sein-nombre-enfants
 
Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. Breast cancer and breastfeeding: collaborative reanalysis of individual data from 47 epidemiological studies in 30 countries, including 50,302 women with breast cancer and 96,973 women without the disease. The Lancet 2002

Allaitement

La durée de l’allaitement a un rôle propre sur la réduction du risque de cancer du sein, qui n’est pas simplement du au lien entre une durée totale d’allaitement plus longue et un âge précoce au 1er enfant.

Sur l’ensemble des grossesses, chaque année d’allaitement réduirait le risque de cancer du sein d’environ 4%.

risque-cancer-sein-allaitement
 
Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. Breast cancer and breastfeeding: collaborative reanalysis of individual data from 47 epidemiological studies in 30 countries, including 50,302 women with breast cancer and 96,973 women without the disease. The Lancet 2002

Ménopause

Une femme ménopausée a un risque moindre de cancer du sein qu’une femme du même âge n’ayant pas atteint la ménopause. Plus la ménopause survient tardivement, plus le risque de cancer du sein augmente.

Ainsi, les femmes ménopausées après 55 ans ont un risque de cancer du sein environ 1,5 fois plus élevé que les femmes ménopausées avant 45 ans. Ce rôle protecteur de la ménopause existe aussi après une ovariectomie bilatérale (i.e. lorsque les deux ovaires ont été retirés).

risque-cancer-sein-menopause

Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. Breast cancer and hormone replacement therapy: collaborative reanalysis of data from 51 epidemiological studies of 52,705 women with breast cancer and 108,411 women without breast cancer. Lancet. 1997

Traitement hormonal

La prise d’un traitement hormonal de la ménopause (THM) est associé à une augmentation du risque de cancer du sein, et ce d’autant plus que la durée de prise est longue. Le sur-risque de cancer du sein ne disparait que plusieurs années après l’arrêt du traitement.

En revanche, l’augmentation du risque ne dépend pas du type de progestatif utilisé ni de son schéma d’administration (séquentiel ou continu).

risque-cancer-sein-hormones-THM
Collaborative Group on Hormonal Factors in Breast Cancer. Breast cancer and hormone replacement therapy: collaborative reanalysis of data from 51 epidemiological studies of 52,705 women with breast cancer and 108,411 women without breast cancer. Lancet. 1997

Alcool

La consommation d’alcool est aujourd’hui le seul facteur de risque alimentaire clairement établi. On estime que le risque de cancer du sein augmente de 4% à chaque verre standard consommé en plus par jour.

risque-cancer-sein-alcool

World Cancer Research Fund / American Institute for Cancer Research. Continuous Update Project Report. Food, Nutrition, Physical Activity, and the Prevention of Breast Cancer. 2010

Obésité

Le surpoids est un facteur de risque majeur de cancer du sein après la ménopause. Pour une augmentation de l’indice de masse corporelle (IMC) de 5 kg/m2, l’augmentation de risque de cancer du sein après la ménopause est estimée entre 12 et 13 %.

risque-cancer-sein-obesite

World Cancer Research Fund / American Institute for Cancer Research. Continuous Update Project Report. Food, Nutrition, Physical Activity, and the Prevention of Breast Cancer. 2010

Plus d’informations

Pour aller plus loin, vous pouvez télécharger le WHITE PAPER de MammoRisk.

 

Sources

Notre logiciel expert de calcul de risque de cancer du sein a été développé et validé sur des base de données de dépistage américaine (1 000 000 de femmes) et française (300 000 femmes)  en collaboration avec Gustave Roussy et avec un financement de l’ARC. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le White Paper sur MammoRisk.

Pour plus d'informations,

Contactez-nous

IMPORTANT

Conformément à la législation française, le contenu de ce site internet est destiné aux professionnels de santé et assimilés. Merci de cliquer sur : OUI, si vous êtes un professionnel de santé (ou assimilé) NON, si vous n'êtes pas un professionnel de santé (ou assimilé)

OUI

OU

NON
Démonstration de MammoRisk en ligne - risques cancer du sein

Une démonstration en ligne et personnalisée de MammoRisk?

A votre convenance, réservez-nous 10 minutes de votre temps ! Nous organiserons une téléconférence via Skype ou équivalent. Prévoyez éventuellement des cas

Votre message a bien été envoyé !